Cessez de compter vos victoires et vos défaites, acceptez de construire ! Par Guillaume Demuth

Gagner ou perdre. Avoir raison ou s’être trompé. Triompher ou échouer.

Pourquoi s’entêter dans cette logique relationnelle binaire ? En entreprise, au-delà de la confrontation des egos, optons pour la coopération : ce dialogue qui offre la possibilité d’un progrès, pour ses idées et ses projets, pour soi et ses équipes.

Dialoguer, coopérer, construire : Guillaume Demuth vous dit pourquoi et comment.

« Cette réunion, on y va pour gagner », « Je l’ai complètement écrasé, il n’avait plus rien à répondre », « Je me suis fait défoncer, je m’étais mal préparé », « On s’est bien battu, mais il faut savoir perdre ». L’esprit de compétition a ses vertus, mais il présente deux défauts : il crée l’illusion que les échanges en entreprise se résument à la dichotomie victoire/défaite, il ne convient plus à des collaborateurs qui attendent autre chose des rapports de travail, quelque chose qui ait plus de sens que l’affrontement. Et force est de constater que sans y prêter attention, nous allons souvent en réunion avec à l’esprit d’y gagner ou d’y perdre quelque chose.

Rudyard Kipling nous avait pourtant prévenu : « Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite / Et recevoir ces deux menteurs d’un même front ». Triomphe et Défaite, Victoire ou Échec sont en effet des menteurs parce qu’ils cachent ce qui est donné à vivre et à faire avec le dialogue en général et dans l’entreprise en particulier. Vous n’avez pas face à vous des compétiteurs, vous avez des interlocuteurs aux intérêts différents dont il ne tient qu’à vous de faire des partenaires pour travailler mieux grâce à ces divergences de vues.

Donc si nous n’allons pas en réunion pour gagner ou perdre, que va-t-on bien pouvoir y faire ? Trois possibilités s’offrent à nous : obtenir validation, obtenir un retour, obtenir de quoi progresser. Parfois, vos idées ou projets sont validés, cela ne vous apprend rien, mais c’est utile, c’est un pas en avant dans la bonne direction. D’autres fois, vous recevez simplement un retour que vous devez comprendre et partager. Enfin, les autres fois vous recevez les informations qui vous manquaient pour faire progresser vos idées ou vos projets. Autrement dit, dans les trois cas vous acceptez de construire avec ce que le dialogue vous a donné : une avancée, une information, une possibilité de progression.

Vous me direz, tout ça c’est des mots, ça ne change pas le résultat ! Effectivement. Ce qui change ce n’est pas le résultat, c’est la manière dont vous vous en servez. Si l’on est manager, ce que l’on doit à ses équipes ce ne sont pas des trophées ou des médailles de bronze, c’est du sens à ce que l’on entreprend ensemble et des moyens pour progresser. Si l’on est collaborateur, ce que l’on se doit à soi-même ce n’est pas du quitte ou double, c’est une manière de progresser en expérience ou en compétence. Voilà toute la différence entre gagner/perdre ou construire.

Enfin, il y a un aspect fondamental dans le besoin de construire dialogue après dialogue, plutôt que gagner/perdre au coup par coup : après la fin de la réunion, vous continuerez à vivre et travailler avec vos interlocuteurs ! C’est pourquoi on ne peut jamais se permettre d’insulter l’avenir en concluant chaque dialogue par l’exercice de savoir qui a perdu ou gagné. La question est plutôt de savoir ce que ce dialogue a construit pour l’un, pour l’autre, pour les deux, pour l’entreprise.

Alors pour votre prochaine réunion ou entretien crucial, repassez-vous cette simple routine :
• Avant : qu’est-ce que je veux apprendre de ce dialogue ? qu’est-ce que cela me permettra de construire ? quelle sera la suite à donner à ce dialogue ?
• Pendant : qu’est-ce que je peux faire pour anticiper la suite du dialogue ?
• Après : comment je peux rendre utile à moi ou à mes équipes de ce que la dialogue m’a apporté ?

La prochaine fois que le projet sur lequel votre équipe a tant travaillé n’est pas validé, n’allez pas leur dire que vous avez perdu, allez leur dire ce que vous avez appris et ce que vous pouvez faire ensemble pour construire la suite. Si vous pouvez tirer de toute réunion une validation utile, des retours utilisables ou une progression identifiée alors vous serez un manager ou un collaborateur vertueux pour vous, vos équipes et l’entreprise.

 

Guillaume Demuth

Nos formations & coachings #communication #coopération #agilité #progrès #management

Leave a Reply