Qu’est-ce que ça rapporte des collaborateurs bien dans leur com ? Par Guillaume Demuth

« Imagine qu’on ne les forme pas, qu’ils ne progressent plus et qu’ils restent ! ». Le cauchemar de l’entreprise : des collaborateurs sous-compétents, inefficaces et démotivés.

Et les formations à la communication des collaborateurs, vous y croyez ?

Plus que jamais ! La communication interpersonnelle aujourd’hui, c’est tout le temps, c’est un levier essentiel de valeur, c’est une clé pour donner du sens à l’action.

Guillaume Demuth, Consultant-Formateur KS Communication vous explique pourquoi vous avez intérêt à investir en com pour l’avenir.

C’est un Directeur Financier qui discute avec un Directeur des Ressources Humaines :
– « Dis donc, j’ai vu la demande de budget de ton Département pour l’an prochain, c’est une vraie fortune ! Tous ces collaborateurs que l’on forme peuvent très bien un jour quitter l’entreprise et notre investissement se perdre. »
– « C’est vrai, c’est un risque, mais il y aurait pire – dit le DRH – imagine qu’on ne les forme pas, qu’ils ne progressent plus et qu’ils restent ! »

Former et entraîner ses collaborateurs c’est entretenir le capital humain de l’entreprise, ce n’est pas un investissement hasardeux, c’est la condition de sa pérennité.

L’une des principales caractéristiques de l’entreprise, c’est le fait que chacun y fait uniquement une part du travail, à la différence de l’artisan qui le réalise en totalité. Ce morcellement nécessite un lien communicationnel constant, efficace et satisfaisant entre les collaborateurs. Sans cette triple qualité de la communication, les collaborateurs vivent moins bien voire très mal leurs relations de travail et conséquemment l’entreprise se met à fonctionner de moins en moins bien.

Finalement, il y a une deuxième manière de poser la question : qu’est-ce que ça coûte des collaborateurs mal dans leur communication ? Nous vous laissons imaginer le coût induit par ce malaise qui entraîne perte d’efficacité et de confiance, et enfin désengagement.

Partant de ce constat, il y a donc trois axes pour former les collaborateurs à la communication :

Maîtriser le flux et la qualité d’une communication constante : il faut sortir de l’illusion que l’on ne communique qu’en réunion ou en rendez-vous. Les comportements actuels autant que les technologies qui les ont encouragés font que l’on communique tout le temps avec plus de monde et de manière moins formelle. Cela génère un double défi qui nécessite une réelle compétence : gérer individuellement le flux constant de communication tout en fournissant une qualité d’information adaptée à la diversité des situations d’échange.
#agilité #fluidité #gérermescontenus #valorisermaparole #deeptime #softtime #urbietorbi

Savoir communiquer de manière efficace selon ses besoins et ceux de son environnement : aucun collaborateur n’est une île dans l’entreprise, chacun est un fragment de l’action collective, une partie de l’équipe. Aussi chacun a besoin des outils qui l’autorisent à la fois à donner de la valeur à sa contribution, à entendre et intégrer la valeur des autres quels qu’ils soient, à tirer au mieux parti des situations telles qu’elles se présentent. Ce triple respect de soi, de ses interlocuteurs et de la réalité des situations implique une véritable adresse : transformer ce que l’on sait et que l’on a construit en une proposition que l’on peut transmettre et offrir.
#artdudialogue #valeurajoutée #objectifspragmatiques #communiquerselonlasituation #influence #transmettre #biendansléquipe #biendanssesbaskets

Obtenir de sa communication un bénéfice satisfaisant : qu’est-ce que ça rapporte à un collaborateur d’être bien dans sa com ? Des avancées ! De l’efficacité ! De la reconnaissance ! Et parfois même du plaisir ! C’est une garantie contre le sentiment de ne pas être entendu, de ne pas exister quand on n’est pas compris, de ne pas parvenir à agir avec les autres. Cette triple satisfaction est si capitale qu’elle mérite une authentique maîtrise : apprendre à se donner les moyens d’obtenir ce que l’on attend des autres, de la situation, de soi-même.
#gagnerenexpérience #sefaireentendre #sefairecomprendre #convictionenaction #coopération #plaisir #réalisation

Souvent, on nomme soft skills les compétences de la communication. C’est problématique, parce que ces compétences sont loin d’être plus légères que d’autres : elles sont vitales au fonctionnement de l’entreprise ! Nous vous proposons de parler plutôt de smooth skills (compétences de lissage – voir notre article du 1er octobre 2019) parce que ce dont les collaborateurs ont besoin, c’est d’une communication qui les mette à l’aise parce qu’ils sont dans une relation plus lisse et moins heurtée avec leur environnement de travail. Cela coûte du temps, de l’expérience et de l’entraînement mais cela produit plus de réussite individuelle et collective, de reconnaissance et parfois même… du plaisir !

 

Guillaume Demuth

Leave a Reply